Tir à l’arc: le Conseil d’Etat soutient l’AFLD

Lundi 7 mars 2011, le rapporteur public a proposé au Conseil d’Etat de rejeter la requête de Bernard Dumon visant à annuler la décision du 22 mai 2007 de l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) dans laquelle elle lui refusait l’utilisation d’un produit à usage thérapeutique pendant sa pratique du tir à l’arc.

Avant la loi du 6 avril 2008, lorsqu’un sportif suivait un traitement médical la justification avait lieu au cas par cas. Depuis cette loi la direction de la législation s’est inversée: il faut à présent demander l’autorisation de l’AFLD avant de prendre le traitement et cette dernière tranchera conformément aux articles du code du sport.

Bernard Dumon avait fait une demande d’usage de métabloquants pour traiter ses problèmes cardiaques. Il apparaît que ce traitement est indispensable dans son état de santé mais l’AFLD met en avant que cette prescription serait en mesure d’améliorer ses performances en tir à l’arc car ce produit permet notamment de réduire les tremblements.

Selon le rapporteur public, Frédéric Lenica, l’avis négatif rendu par l’AFLD est une attribution de l’Agence et non un pouvoir propre du président. Il estime qu’aucune erreur de droit n’apparaît car conformément au code du sport, un traitement qui améliore les capacités dans une discipline ne peut être autorisé.

Le cas de dopage d’Alexandre Benzoni devant le Conseil d’Etat
Les nutriments des compléments alimentaires sous haute surveillance