A Turin, les chiffres et les dernières tendances d’écotourisme

Un antidote à la crise ? Il pourrait s’agir du tourisme durable : un secteur en pleine croissance, qui représente 12 milliards d’euros chaque année en Italie (source : rapport Ecotur 2015).

Cette question sera discutée à Turin durant toute la journée du vendredi 16 octobre 2015, dans le cadre de l’atelier Image (Incontri sul Management della Green Economy), auquel Ecobnb participera également.

Outre la présentation des chiffres et des dernières tendances en matière de tourisme durable, la conférence intitulée “Écotourisme : nature, sport, nourriture et vin” offrira des outils pratiques pour les personnes travaillant dans le domaine du tourisme et des possibilités de rencontres B2B entre les opérateurs du secteur. Une occasion à ne pas manquer !

C’est de ça qu’il s’agit :

Le tourisme durable en plein essor

Pendant des décennies, on a pensé que le tourisme, la culture et la nature étaient des ressources secondaires qui devaient laisser la place à l’économie des biens. Aujourd’hui, au contraire, les chiffres démontrent de manière irréfutable que le tourisme lié à la beauté naturelle, au paysage et à la culture est une opportunité incontournable pour relancer l’économie italienne selon un modèle de développement durable.

Selon l’Organisation mondiale du tourisme, l’Europe a été la zone géographique la plus visitée au monde l’année dernière, avec 580 millions d’arrivées (13 millions par rapport à 2013). Dans ce cadre, l’Italie se classe au 5e rang des destinations les plus visitées par les touristes étrangers : 51,7 millions de visiteurs ont traversé les Alpes en 2014 ( 2,8% par rapport à l’année précédente) et les premiers mois de 2015 montrent déjà une augmentation de 4,8%.

Mais le fait surprenant est que 42 de ces touristes viennent en Italie pour visiter non pas tant les villes d’art et de culture, mais les paysages et les beautés naturelles, des collines aux montagnes jusqu’à la mer, attirés par une idée de bien-être qui inclut les activités sportives de plein air et la recherche de l’excellence gastronomique et vinicole des territoires.

Les limites et les possibilités du tourisme durable en Italie

Cette dimension nouvelle et croissante du tourisme durable sera le thème central de la 5e édition de l’atelier national IMAGE, organisé par Greenews.info et Associazione Greencommerce à Turin, dans le cadre du 3e Forum mondial des Nations unies sur le développement économique local.

Toute la journée du vendredi 16 octobre, au Circolo dei Lettori de Turin, il y aura trois tables rondes thématiques, qui auront comme invités des entrepreneurs, des universitaires, des institutions publiques, des journalistes et des experts, qui discuteront des limites et des opportunités du tourisme durable en Italie.

La première table ronde, introduite par l’ancien ministre de l’environnement Alfonso Pecoraro Scanio, présentera les données sur l’écotourisme de la Fondation Univerde, en tentant d’esquisser un éventuel décalogue de “coexistence” entre tourisme et activités productives. Contribueront à la discussion, entre autres, Pierluigi Manzione du ministère de l’environnement, Edoardo Croci de l’IEFE Bocconi, Fabrizio Galliati de Coldiretti, l’architecte paysagiste AIAPP Ferruccio Capitani, Alberto Arossa de Slow Food, les entrepreneurs Marco Susini (Durga), Paola Polce (Brillor) et Erika Margiaria (Vistaterra), le responsable de la communication d’Aboca Davide Mercati et Ignazio Garau, qui mettront sur la table les résultats du Congrès mondial des villes biologiques, qui se termine le même jour à Turin.

Outils pratiques pour promouvoir l’écotourisme

La deuxième table ronde 2 se concentrera plutôt sur la “boîte à outils”, afin de fournir les outils dont doivent être équipés les structures d’hébergement et les opérateurs d’écotourisme.

Des mesures visant à réduire l’impact environnemental des services aux techniques de communication et de narration pour valoriser l’offre d’hébergement, en passant par les certifications, les incitations et les facilités pour soutenir les entreprises touristiques.

Il sera discuté avec Simone Riccardi, fondatrice d’Ecobnb, la communauté dédiée à l’hospitalité durable, les professeurs d’université Guido Bosticco (Scuola del Viaggio) et Stefano Picchi (Università di Bologna), Alessandro Bisceglia (Eco World Hotel), Franco Barbieri et Carolina Solcia (Route220), Simone Martino (Foodraising), des représentants de GBC Italia, ANAB et Arpa Piemonte.

Les parcs naturels et les cas exemplaires d’écotourisme

Enfin, la troisième table ronde dressera un tableau de l’écotourisme du point de vue de la nature (parcs et zones protégées), des sports et de l’alimentation et du vin, avec des études de cas présentées par le vice-président national de Federparchi Italo Cerise : de l’écovillage ligure de Torri Superiore à l’expérience de la brasserie Baladin de Teo Musso, du tourisme de Filippo Ghisi à Langa à l’expérience des guides de randonnée environnementale racontée par Davide Galli aux données de Marco Moretti, fondateur d’Ecoturismo Report et Franco Becchis, directeur de la Fondation Fenoglio.

En plus des activités de l’atelier, de 10h à 18h, dans la Sala Artisti du Circolo dei Lettori, il y aura également un espace B2B pour offrir aux opérateurs du secteur la possibilité de se rencontrer face à face et d’évaluer des collaborations possibles.

L’événement est parrainé par la Commission européenne, le ministère de l’environnement, la région du Piémont, la ville métropolitaine de Turin et la Fondazione Torino Smart City. Les partenaires du projet sont la nouvelle section turinoise du réseau Impact Hub et l’ANAB, l’association nationale pour l’architecture bioécologique.